Mémoire DU histoire de médecine 2019/2020


SABAHOV Atanas

(écrire à l'auteur)

Praticien Hospitalier en Anesthésie - Réanimation
Diplômes universitaires 0 Sofia (Bulgarie)
DU histoire de la médecine 2019/2020


Résumé

Chloroforme, John Snow et la Reine Victoria.

L’ère victorienne est décrite comme une période de croissance incroyable pour la société britannique dans tous les domaines. Cette période couvre les années du règne de la reine Victoria de juin 1837 jusqu’à sa mort le 22 janvier 1901. Le commerce, la science, les arts prospèrent et la classe moyenne « éduquée » devient l’épine dorsale de la société. Il y a une paix durable sur le continent européen. La recherche d’une vie meilleure ici est maintenant en tête et la population commence à être exigeante, y compris pour tout ce qu’il concerne la santé et la prise en charge médicale et paramédicale.
La douleur pendant la chirurgie ou l’accouchement n’est pas rare à cette période de
l’histoire. Mais au XVIIIe siècle commence un changement dans la compréhension globale de la douleur et le rejet progressif de ses effets positifs. L’évolution est lente, malgré l’effet anesthésique très net de l’éther montré en 1846 par William Morton. En Grande-Bretagne, dedécembre 1846 à au moins 1860, l’anesthésie est restée une pratique très sélective, de nombreux patients ont continué à être opérés dans la douleur et la souffrance. L’anesthésie soulève une question fondamentale pour les scientifiques victoriens : « à quoi sert la douleur ? ».
La controverse entre la science et la religion est très féroce depuis des années plus
concrètement l’opposition au fait que la douleur humaine est la volonté de Dieu, surtout lors de la naissance.
A cette époque, la personne qui donne un énorme coup de pouce au développement de l’anesthésie et de la science médicale en général est John Snow (1813-1858). Il est considéré comme l’un des plus grands scientifiques de l’époque victorienne. Ses travaux dans le domaine de l’anesthésie à l’éther et au chloroforme, appuyés par des expériences scientifiquement solides, ont marqué le début de la science médicale moderne. Ses recherches sur le choléra et sa propagation ont permis de contrôler l’épidémie et d’étudier et de comprendre la maladie elle-même, marquant ainsi le début de la science épidémiologique. Un grand scientifique entièrement dédié à la médecine.
L’utilisation du chloroforme lors des deux derniers accouchements de la reine Victoria a contribué sans aucun doute, à valider les bienfaits de l’anesthésie. Malgré la forte opposition des prêtres et de certains médecins royaux, elle a inhalé l’agent magique et a apprécié l’effet de soulagement. Bien qu’elle ne soit pas très importante pour le moment, l’anesthésie fait son chemin et change pour toujours la vie d’une personne.

Mots-clés :

santé, anesthésie, chloroforme, science, douleur, John Snow, reine Victoria

Abstract :

The Victorian era is described as a period of incredible growth for British society in all
areas. The period covers the years of Queen Victoria’s reign from June 1837 until her death on January 22, 1901. Trade, science, the arts flourished, and the educated middle class became the backbone of society. There is lasting peace on the European continent. The pursuit of a better life here and now is leading and the population is beginning to be demanding, including on the healthcare system and on the medical profession.
Pain during surgery or childbirth is not uncommon at this point in history. But in the
eighteenth century began a change in the overall understanding of pain and the gradual rejection of its positive effects. Evolution is slow, despite the very definite anaesthetic effect of ether shown in 1846 by William Morton. In Britain from December 1846 to at least 1860, anaesthesia remained a very selective practice - many patients continued to be operated on in pain and suffering. Anesthesia raises a fundamental question for Victorian scientists about what pain is for. The controversy between science and religion has been very fierce for years, namely,
the opposition to the fact that human pain is God’s will, especially when it comes to birth.
One person who gave a huge boost to the development of anaesthesia and medical
science in general was John Snow (1813-1858). He is considered one of the greatest scientists of the Victorian era. His work in the field of anaesthesia with ether and chloroform, supported by scientifically sound experiments, marked the beginning of modern medical science. His research on cholera and its spread allowed the epidemic to be controlled and the disease itself to be studied and understood, thus marking the beginning of epidemiological science. A great scientist dedicated entirely to medicine.
The use of chloroform in the last two births of Queen Victoria has undoubtedly
contributed to the validation of the benefits of anaesthesia. Despite the strong opposition of the priests and some of the royal doctors, she inhaled the magic vapours and appreciated the effect of relief. Although not very loud at this time, anaesthesia boldly makes its way and changes a person’s life forever.

Key words :

health, anaesthesia, chloroform, science, pain, John Snow, Queen Victoria

Ce mémoire / cette thèse est le fruit d’un travail approuvé par le jury de soutenance et réalisé dans le but d’obtenir le DU ou une MasterClass d’Histoire de la Médecine.

Il est soumis à la propriété intellectuelle de l’auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l’utilisation de ce document.

D’autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction illicite encourt toute poursuite pénale (Code de la Propriété Intellectuelle. Articles L 122.4 et L 335.2-L 335.10).