Micheletti Ella

(écrire à l'auteur)

Diplômée d’un M2 en droit public
Diplômée de l’école publique de journalisme de Tours
DU 2017 Histoire de la médecine Université Paris Descartes
Férue d’histoire, de littérature et politique


Télécharger le mémoire :
Histoire de l’érotomanie « un ver de terre amoureux d’une étoile »
par Ella Micheletti

RÉSUMÉ

Aimer trop, aimer mal, se croire irrésistiblement aimé, peut être une maladie. Il a cependant fallu des siècles pour que l’érotomanie soit reconnue comme une réelle pathologie, comme une vraie psychose et pour qu’elle entre dans la sphère médicale des maladies psychiatriques. De l’Antiquité à la psychanalyse au XXe siècle, en passant par la fiction, nombreux sont ceux qui ont contribué à une meilleure connaissance de cette maladie. Et ceci en observant que bien des femmes et, parfois quelques hommes, poussaient ce désir légitime d’être l’Objet d’un amour éternel jusqu’à l’illusion délirante d’être aimé.

Mots-clef : Histoire, médecine, érotomanie, amour, paranoïa, psychose, psychanalyse, illusion.

ABSTRACT

Loving too much, loving bad, or believing that someone is irresistibly in love with us, can be a disease. However, many centuries have passed before erotomania was recognized as a real pathology and psychosis. From Ancient history to the psychoanalysis of the 20th century, but also through various fictions, lots of people have observed that many women, and sometimes men, wanted to be loved forever until a delusional illusion of being love.

Key-words : History, medicine, erotomania, love, paranoia, psychosis, psychoanalysis, illusion.

Ce mémoire est le fruit d’un travail approuvé par le jury de soutenance et réalisé dans le but d’obtenir le DU ou une MasterClass d’Histoire de la Médecine.

Il est soumis à la propriété intellectuelle de l’auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l’utilisation de ce document.

D’autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction illicite encourt toute poursuite pénale (Code de la Propriété Intellectuelle. Articles L 122.4 et L 335.2-L 335.10).