Mémoire DU d’histoire de la médecine 2015 Université Paris Descartes.


Hunaut Thomas

(écrire à l'auteur)

Étudiant en fin d’études de médecine
DU d’histoire de la médecine 2015 Université Paris Descartes


Télécharger le mémoire :
Histoire de l’évolution du coeur artificiel en lien avec la transplantation cardiaque.
par Thomas Hunaut

Conclusion

Au cours des 20ème et 21ème siècles, les principales limites posées par les anciens furent une à une dépassées. Le cœur qui était l’organe de l’interdit et du mystère devint peu à peu opérable et même remplaçable. Désormais, il était possible d’arrêter le cœur pour intervenir dessus, de remplacer une valve défaillante par une valve artificielle ou même biologique, il était possible de remplacer un cœur par un autre et même de le remplacer par une machine.

Dans le domaine du cœur artificiel, de nombreux progrès restent à venir. Bien que l’on soit capable de créer des cœurs biocompatibles ou encore à alimentation énergétique transcutanée, l’utilisation de cœur artificiel en destination therapy n’est pas répandue et ne fait pas l’objet d’autorisation à la commercialisation. Comme lors de la greffe du rein ou du cœur, dont les débuts furent laborieux en raison de l’absence de médicaments immunosuppresseurs, il manque à l’aventure du cœur artificiel une avancée majeure pour que cette technique puisse devenir une réalité clinique. Il est possible de se demander si la médecine n’a pas atteint ses limites. L’utilisation de machine pour aider le cœur, pour donner du temps au patient et à l’équipe médicale, ne serait-elle pas la limite du cœur artificiel ? La destination therapy ne serait-elle pas un objectif inatteignable ?

Bien que la durée de vie de nombreux patients fut augmentée grâce à des cœurs artificiels totalement implantables et à usage permanent, il semble néanmoins peu envisageable de concevoir des patients vivant des années dans des conditions presque normales avec un tel cœur. Il semble de même peu envisageable pour le moment qu’un tel cœur soit commercialisé.

Mais, il faut retenir que l’Histoire a largement donné tort aux sceptiques du progrès et de l’innovation. C’est pourquoi, il n’y a pas d’objectif que l’on ne peut pas atteindre,
seulement des objectifs que l’on ne peut pas encore atteindre.

Ce mémoire est le fruit d’un travail approuvé par le jury de soutenance et réalisé dans le but d’obtenir le DU ou une MasterClass d’Histoire de la Médecine.

Il est soumis à la propriété intellectuelle de l’auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l’utilisation de ce document.

D’autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction illicite encourt toute poursuite pénale (Code de la Propriété Intellectuelle. Articles L 122.4 et L 335.2-L 335.10).