Mémoire DU histoire de médecine 2019/2020


Le Dilly Nine

(écrire à l'auteur)

Étudiante en médecine à l’Université de Paris,
D.U. Histoire de la médecine Université René Descartes en septembre 2019,
Séminaire d’Histoire médiévale et de la première modernité de l’École des Chartes 2020,
D.U Anatomie Clinique et Numérique Université de Paris 2020"


Résumé

Le « monstre » interroge la capacité de réparation de la médecine sur le plan technique mais aussi éthique. Pourquoi ? On ne naît pas monstre, on le devient aux yeux de ceux qui, fascinés et dégoûtés à la fois, désignent toute difformité exagérée, tout comportement trop décalé comme relevant du monstrueux. Avec le monstre, il y a un dépassement d’échelle qui interroge chacun de nous, touche notre rapport à la norme plus qu’à la maladie.

Selon les époques, les êtres anormaux ont subi des traitements différents au sein de la société et au cœur de la médecine. Qui prescrit la norme ? D’un côté la communauté des hommes - orchestrée par l’État-, de l’autre la communauté scientifique qui gomme les singularités jugées grotesques. De la Renaissance au XXIème siècle, du monstre intouchable - œuvre de Dieu- aux ciseaux génétiques, un panorama des maladies et accidents déformant le corps à outrance sera présenté, terrain de réflexion sur le rôle de l’expérimentation médicale en Occident.

Les « Gueules cassées », les malformations congénitales, les « grands fous » furent un terrain d’essai clinique indéniable pour la médecine. Ce fut aussi, très tôt et parfois à contre-courant des mentalités, un espace de réflexion, véritable embryon d’une politique de santé. En quoi le « monstrueux » a-t-il été un formidable accélérateur de la science médicale ? En quoi la chirurgie dans sa pratique, la psychiatrie, l’embryologie dans sa recherche sur les origines du « hors normes » se retrouvent-elles au cœur d’une réflexion éthique qui change, certes lentement, notre perception du monstre humain ?

Mots clés :

monstre, médecine, éthique, normalisation

Title :

When Western medicine tries to normalize : the monster as a testing ground, from the
Renaissance to the present day

Abstract :

The "monster" questions the reparative capacity of medicine on both a technical and ethical level. Why is that ? One is not born a monster, one becomes monster in the eyes of those who, fascinated and disgusted at the same time, point at any exaggerated deformity, any behaviour that is too offbeat as being monstrous. With the monster, there is a scale overrun that questions each of us, affects our relationship to the norm rather than to the disease.

Depending on the times, abnormal beings have undergone different treatments within society and at the core of medicine. Who prescribes the norm ? On the one hand there is the community of men - orchestrated by the State -, on the other hand, the scientific community who erases singularities deemed grotesque. From the Renaissance to the 21st century, from the untouchable monster - God’s work - to genetic scissors, an overview of diseases and accidents that excessively deform the body will be presented, a field of reflection on the role of medical experimentation in the West.

“Broken Faces", congenital malformations, "great madmen" were an undeniable clinical trial test site for medicine. It was also, very early on and sometimes against the tide of mentalities, a space for reflexion, a real embryo of a health policy. In what ways has the "monstrous" been a powerful accelerator of medical science ? How has surgery in its practice, psychiatry and embryology, in its research into the origins of the "out of the ordinary", been at the center of an ethical reflection that is changing, albeit slowly, our perception of the human monster ?

Keywords :

monster, medicine, ethics, standardization

Télécharger le mémoire
 : Quand la médecine occidentale tente de normaliser : le monstre comme terrain d’essais, de la Renaissance à nos jours. par Nine Le dilly

Ce mémoire / cette thèse est le fruit d’un travail approuvé par le jury de soutenance et réalisé dans le but d’obtenir le DU ou une MasterClass d’Histoire de la Médecine.

Il est soumis à la propriété intellectuelle de l’auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l’utilisation de ce document.

D’autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction illicite encourt toute poursuite pénale (Code de la Propriété Intellectuelle. Articles L 122.4 et L 335.2-L 335.10).