Mémoire DU d’histoire de la médecine 2015 Université Paris Descartes.


Gautier Eric

Médecin microbiologiste
Ancien élève de l’lnstitut Pasteur de Paris
DU d’histoire de la médecine 2015 Université Paris Descartes


Télécharger le mémoire :
Une histoire du typhus exanthématique et de ses découvreurs
par Eric Gautier

Conclusion

La menace de survenue d’une épidémie de typhus exanthématique de grande ampleur est beaucoup moins probable qu’avec d’autres maladies infectieuses en raison, d’une part, de l’action qu’il est possible d’avoir sur la dissémination du vecteur et surtout par l’existence d’antibiotiques pouvant, le cas échéant, être donnés en « traitement minute ».

Le typhus exanthématique peut réapparaitre chaque fois que l’homme se trouve en situation de précarité ou d’encombrement. En raison du caractère latent de l’infection, un cycle épidémique pourrait être réinitié si un patient bactériémique venait à être mordu par un pou et que si ce pou venait à être transmis d’homme à homme. En 2011, le diagnostic de maladie de Brill-Zinsser a été porté, en France, à Besançon, chez un patient âgé de 69 ans originaire du Maroc.

Dans les pays industrialisés, le nombre de sujets en situation de vie précaire, sans hébergement stable, augmente. Ces conditions favorisent, d’une part, l’infestation par les poux, dans une publication datant de 2008, 7 à 22% des SDF de la région de Marseille en sont porteurs, et d’autre part, l’acquisition des maladies transmises par ces poux. Les actions de prévention doivent donc cibler ces populations désocialisées. Il convient aussi de sensibiliser les professionnels sociaux et sanitaires intervenant auprès de ces populations à risque sur la détection et le traitement de l’infestation par les poux et sa conséquence morbide. Par ailleurs, Rickettisia prowazekii est un agent infectieux susceptible d’être utilisé comme arme biologique. A ce titre, il apparaît sur la liste du Center for Disease Control américain. Des tentatives de militarisation de la bactérie ont eu lieu, en Russie, entre les deux guerres, sur l’ile de Solovetsky, située dans l’Arctique, contre des prisonniers politiques.

« Le typhus n’est pas mort. Il est encore vivant pour des siècles et se manifestera à chaque fois que la brutalité et la stupidité humaine lui en donneront l’occasion ce qui se produira probablement. Son champ d’action est maintenant restreint et va être de plus en plus confiné et il sera mis comme d’autres créatures sauvages au jardin zoologique des maladies contrôlées ».

Ce mémoire est le fruit d’un travail approuvé par le jury de soutenance et réalisé dans le but d’obtenir le DU d’histoire de la médecine. Ce document est mis à disposition de l’ensemble de la communauté universitaire élargie.
Il est soumis à la propriété intellectuelle de l’auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l’utilisation de ce document.
D’autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction illicite encourt toute poursuite pénale (Code de la Propriété Intellectuelle. Articles L 122.4 et L 335.2-L 335.10).