Mémoire DU d’histoire de la médecine 2016 Université Paris Descartes.


Philippart Franz

(écrire à l'auteur)

Chirurgien belge en chirurgie vasculaire et thoracique .
Son intérêt pour les cantharides est né à l’occasion du dépouillement d’archives pharmaceutiques de l’abbaye cistercienne de Villers la Ville (Brabant Belgique.


Résumé

Pérenité thérapeutique

Meloe vesicatoria fait partie de la gamme des matières animales utilisées en thérapeutique. Son principe actif est la cantharidine, identifiée en 1810.
Ce terpenoide sert au coléoptère de moyen de défense par hémorrhée articulaire et vraisemblablement de phéromone.
Sur les mammifères et l’homme, elle est vésicante. L’insecte est présent dans le Corpus
hippocratique (-400) où il est indiqué dans plusieurs affections dans lesquelles il sert d’exutoire, par acantholyse cutaneo muqueuse. Nicandre de Colophon (-150) l’inclut dans son Corpus toxicologigum où il se révèle particulièrement létal. Voie du médicament et voie du poison chemineront parallèlement jusqu’au XVIIIe siècle. Peu à peu, il s’est taillé une réputation d’aphrodisiaque par méprise avec le priapisme qu’induit parfois sa toxicité uro-vésicale. Si l’Occident l’a exclu des pharmacopées, l’Orient le maintient dans sa médecine traditionnelle et lui a découvert un potentiel antitumoral qui doit être exploité.

Ce mémoire est le fruit d’un travail approuvé par le jury de soutenance et réalisé dans le but d’obtenir le DU ou une MasterClass d’Histoire de la Médecine.

Il est soumis à la propriété intellectuelle de l’auteur. Ceci implique une obligation de citation et de référencement lors de l’utilisation de ce document.

D’autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction illicite encourt toute poursuite pénale (Code de la Propriété Intellectuelle. Articles L 122.4 et L 335.2-L 335.10).