Au sommaire

Éditorial Claude Harel 4
Le billet d’humeur : Et si l’histoire de la médecine pouvait aussi
confondre l’historique et le mémoriel ?
Jean Noël Fabiani 5
Sur les traces de la lèpre Patrick Berche 7
La chirurgie de guerre en Europe au Grand Siècle Robin Baudouin, René Jancovici 14
L’Eglise s’est-elle réellement opposée aux dissections
humaines au cours du Moyen-Age et de la Renaissance ?
Jean Noël Fabiani 20
La réparation du dommage corporel à travers
les civilisations : des vengeances privées aux premiers
barèmes d’indemnisation
Marianne Lahana 27
Clovis Vincent, pionnier en neurochirurgie en France
et médecin en guerre
Jules Pataut, Johan Pallud 30
Des pilules dorées pour une Dauphine Olivier Lafont 35
Quelques lectures conseillées 38
La fin tragique de Gabrielle d’Estrées Eugénie Relinger 40

Notre couverture

Nous retrouvons ici Georges Chicotot, médecin et peintre(1868-1921), dont nous avons déjà évoqué le parcours et proposé une autre toile sur la couverture de notre n°3.

Nous remercions Mme Hélène Servant, conservateur général du patrimoine de l’AP-HP, qui aimablement nous autorise à publier cette oeuvre déposée au patrimoine de l’AP-HP. Ce tableau (huile sur toile), date de 1904 et est intitulé « Le tubage ».

Il s’agit d’une scène d’interventionpédiatrique ; cette discipline est alors en plein essor. En 1901 trois nouveaux hôpitaux sont ouverts à Paris : Bretonneau, Trousseau et Hérold. Cette scène se situe dans
le service de Josias, chef de service à l’hôpital Bretonneau (Bretonneau comporte alors 234 lits destinés à recevoir les pathologies de l’enfant). L’enfant représenté ici est atteint par le croup. Deux choix possibles à l’époque pour libérer les voies aériennes supérieures, en urgence ou en réponse à la menace d’un étouffement progressif mortel.
- D’une part la trachéotomie : au milieu du XIXe siècle Trousseau nous rapporte, dans une étude compilant 30 années de cas cliniques, que sur 214 enfants, 42 ont survécu à cette technique qu’il désigne comme « opératoire ». Le résultat pour Trousseau est jugé comme remarquable ; les années passant sa technique deviendra de plus en plus sure1-2.
- En second lieu le « tubage » qu’Eugène Bouchut, Professeur
agrégé de médecine, avait proposé comme « une nouvelle méthode de traitement du croup »3, tout en condamnant fermement la trachéotomie. L’auteur remplaçait donc la trachéotomie, opération difficile et mortifère, par un « tubage de la glotte », non sanglant, exempt de tout danger, aussi facile à concevoir que facile à accomplir... disait-il...

Ce fut une période d’oppositions et une guerre de chefs, entre ceux qui optaient pour l’une ou l’autre technique ; cette guerre fut arbitrée par l’Académie Impériale de médecine, vers la fin de la décennie de 1850 en faveur de la trachéotomie : 100 lignes d’éloges pour Trousseau et la trachéotomie, 5 lignes pour détruire le tubage de Bouchut !

Une soixantaine d’années plus tard les choses seront plus simples et le « tubage pharyngé » est, en 1900, couramment pratiqué, sans objection. Peint en 1904, le tableau du Dr Chicotot est bien campé, avec une précision recherchée.
C’est une oeuvre sans aucun doute documentaire ; elle nous fait part des progrès de la science médicale, de la technique et de ses apports à la pédiatrie.

Le tableau :
- à gauche nous observons des externes attentifs : le futur allié au sérieux de la formation des médecins ;
- au milieu : le Patron qui officie (Josias), incarnant le savoir et la maitrise de l’acte dans toute sa splendeur ;
- à droite : on contribue à l’oeuvre scientifique médicale en élaborant, en ordonnant l’assistance technique, le tout projeté vers un avenir prometteur lié au savoir médical. •

Claude Harel


1. Gabriel Gachelin PUF 2013 : Naissance la biotechnologie ...
2. Trousseau A. - Du tubage de la glotte et de la trachéotomie. J-B Baillière, Paris, 1858.
3. Bulletin de l’Académie Impériale de médecine • Tome XXIV